L'équipe Unifadom

Nous contacter

UNIFADOM
35 rue des Abondances
92100 Boulogne-Billancourt
France
Bertrand Abaut
Responsable national
bertrand.abaut@unifadom.fr
Nathalie Poirier
Formatrice
nathalie.poirier@unifadom.fr

❍  Bertrand Abaut : “Le savoir enseigné est toujours en prise direct avec le réel et le quotidien”

Responsable d’agence,  puis coordinateur inter-agences et responsable de la qualité et de la formation, Bertrand Abaut est aujourd’hui responsable national chez Unifadom. Passionné d’arts martiaux, cet autodidacte réputé pour son self-control et sa capacité à gérer les conflits revient sur son parcours et nous livre ses réflexions sur l’esprit des formations Unifadom.

Votre parcours est atypique. Quand et comment vous êtes vous définitivement dirigé vers les services à la personne ?

Ma mère était assistante de vie. Autant dire que je suis tombé dedans quand j’étais petit. Plus sérieusement, j’ai grandi dans ce milieu. Dès 1996, j’ai commencé par faire du bénévolat lors de séjours de vacances pour personnes dépendantes et handicapées. Nous faisions à la fois de l’aide à la personne mais aussi de l’animation. Après une parenthèse de quelques années dans les transports logistiques et comme entraineur d’athlétisme, je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait le plus c’était la transmission, le contact humain. Je poursuis d’ailleurs cette réflexion avec une formation de coach personnel.

Ce contact humain, réussissez-vous à le retrouver dans le e-learning ?

Oui, bien sûr. A Unifadom, nous avons ce souci permanent. Le e-learning n’est pas antinomique avec l’individualisation et le contact humain. Avec chaque auxiliaire de vie inscrit sur Unifadom nous créons un lien privilégié. Nous restons d’ailleurs, en marge de la formation, disponibles par téléphone pour répondre aux questions, aider à résoudre une problématique particulière.

Quelle est la valeur ajoutée d’Unifadom ?

Nous proposons des formations présentielles et en e-learning. Ces dernières s’adaptent parfaitement à l’emploi du temps des ADV et aux contingences des sociétés d’aide à la personne. Les employeurs savent que la formation est essentielle. Ils n’ont cependant pas les moyens de se priver de leur ADV pendant une ou deux semaines. Le e-learning offre cette souplesse. Et puis, les formations Unifadom ce n’est pas de la théorie sur un tableau noir. Le savoir enseigné est toujours en prise direct avec le réel et le quotidien.
Nous avons été auxiliaires de vie. Nous connaissons les problématiques qu’ils rencontrent, leurs besoins, leurs questionnements. Les auxiliaires de vie viennent avec des besoins spécifiques. L’enseignement théorique et notre expérience acquise sur le terrain nous permet de mettre en place des outils pour y répondre.


❍  Nathalie Poirier : “Les intervenants à domicile doivent faire un lien entre le savoir acquis en formation et leurs pratiques professionnelles sur le terrain”

Après une vie professionnelle en tant que responsable commerciale dans divers secteurs d’activité, Nathalie découvre les services à la personne en 2007. Gestion des missions au quotidien, conseil sur les dispositifs d’aides, recrutement, suivi et accompagnement des intervenants : elle gère l’intégralité de la chaîne.
Suite à une formation de formateur, elle rejoint Unifadom. En charge de l’élaboration des projets pédagogiques, elle analyse les besoins et dispense ses formations aux intervenants à domicile partout en France.

Vous insistez beaucoup sur le caractère ludique des formations. En quoi cet élément est essentiel?

Les formations permettent de transmettre des savoirs. Moi j’insiste beaucoup pour que l’on s’amuse et que l’on travaille dans la joie et la bonne humeur. La grande majorité des intervenants à domicile n’ont pas suivi un long cursus scolaire. Ils n’ont donc pas l’habitude d’apprendre sous la forme professorale. Je garde toujours en mémoire la règle du 70/20/10 :
‣ 70% des apprentissages sont effectués grâce à l’expérience directe des collaborateurs,
‣ 20% des apprentissages prennent place durant les échanges et feedbacks entre eux,
‣ 10% des apprentissages sont effectivement réalisés en contexte de formation formelle.
​Il est donc impératif de “penser” une formation axée sur l’action et les échanges.

La formation présentielle propose, notamment, le sujet de maltraitance. Est ce tabou?

​Oui, le module maltraitance/bientraitance permet de libérer la parole des intervenants à domicile. Ce n’est pas une thérapie mais ils ont terriblement besoin de parler de maltraitance. De celle qu’ils subissent et de celle dont ils sont témoins. Cette violence peut être physique, morale, financière,…Ils en parlent et en écoutant leurs collègues, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls. C’est essentiel. Le partage d’expériences est aussi important que le contenu pédagogique, il vient compléter l’objectif de formation.

Qu’est ce qu’une formation réussie ?

Selon moi c’est une formation qui permet à l’intervenant à domicile de faire un lien direct entre le savoir acquis en formation et leurs pratiques professionnelles sur le terrain. C’est pour cette raison que les formations en présentiel sont fondées autour de méthodes actives à l’aide d’exercices en sous groupes et beaucoup de simulations. Ma plus grande satisfaction ? Un stagiaire qui me fait part, suite à une formation, d’un problème rencontré à domicile qu’il a réussi à résoudre grâce aux apports de la formation.

Leave a Reply